Ne mettez jamais les pieds à Lisbonne !

Courant décembre, avec le bad mood de l’approche des fêtes, les événements tragiques à Strasbourg, je me suis dit qu’il était temps d’aller voir ailleurs si j’y étais. En deux clics et moins d’oseille dans le portefeuille, j’avais un billet pour la capitale Portugaise : Lisbonne. Ca fait 2 jours que je suis rentré et il est temps de vous raconter ce que j’y ai vécu.

N’y va pas à cause du soleil

Le soleil, vous souvenez de ce que c’est ? Cette boule jaune dans le ciel, portée disparue chez nous depuis le mois d’octobre (3 mois sans soleil p*tain). Figurez-vous que je sais où se trouve cette grosse boule, je l’ai retrouvé pendant 4 jours à Lisbonne. Alors si tu n’aimes pas le soleil et que ton délire c’est plus la grêle et crachin, ne vas jamais à Lisbonne. Là-bas le temps est doux comme un Krema dans une boite de Cajou La Jaunie. Bien qu’on soit en plein milieu de l’hiver, 17 degrés s’affichent sans difficultés sur le thermomètre lors de ma première journée dans la capitale de la Maçonnerie. Ca a été la même chose pendant 3 jours sur les 3,5 jours de ma visite chez les guesh. Ne cherchez plus, l’hiver, le soleil va se reposer au Portugal.

No Filter (wallah c’est vrai, ça s’appelle la Golden Hour)

N’y va pas à cause de l’authenticité

A l’ère du digital et de l’ultra-éphémère, l’authenticité dénote comme un aveugle chez Afflelou. Si l’authenticité c’est pas ton truc, tu vas détester les quartiers historiques d’Alfama ou du Bairro Alto. Des quartiers chargés d’histoires de vie et d’histoire tout simplement. Avec une architecture propre aux portugais (et en terme d’architecture, on peut dire qu’ils s’y connaissent plutôt pas mal), chaque ruelle vous transporte dans un bout d’histoire du Portugal. Comme le disait mon grand-père, “à Lisbonne pas de chichi, pas de tralala”. Les rues sont brutes (la majorité du moins), ornées d’Azulejos (carreaux typiques portugais), montantes, voire très montantes, avec des trottoirs à peine plus large que les chaussures du clown Zavatta. Si je voulais forcer, je dirais que c’est une authenticité authentique, sans fioritures, du vrai et ça fait du bien.

Alfama Hood

N’y va pas à cause des paysages

T’as le vertige, n’aime pas marcher ou simplement tu n’aimes pas les belles vues : ne va pas à Lisbonne. J’ai eu la chance de visiter quelques villes en Europe, mais aucune n’offre d’aussi belles vues que la capitale Portugaise. Certes, la ville est faite de montées et de descentes, mais ça a son avantage, à chaque coin de rue, tu tomberas sur une vue de malade, encore plus quand le soleil se couche. Le combo Toits de la ville + Soleil + Tage (le fleuve de la ville) tu peux difficilement faire mieux, surtout un 13 janvier. Je vous parle de ce combo, mais j’aurais pu vous parler de beaucoup d’autres, comme la vue du parvis du Maat (musée de l’architecture) Soleil + Pont du 25 Avril + Tage, ou de Lx avec une vue du dessous du pont et un face-to-face avec le Sanctuaire du Roi Christ (un espèce de Corcovado version européenne). Bref, t’en prends plein la gueule à Lisbonne, donc je peux comprendre que certains n’aiment pas, vous là, n’allez pas à Lisbonne !

N’y vas pas à cause de la culture

Si tu es de ceux qui pensent qu’il n’y a nul égal dans le monde de la culture française, de sa gastronomie et de son histoire, ne va pas à Lisbonne, tu risques de devoir revoir tous tes à-priori, convulser et finir en PLS sur les bords du Tage. Pour les autres, vous découvrirez ou redécouvrirez un pays avec une culture propre à ce petit pays de la péninsule ibérique. Il ne faut pas oublier que le pays ne compte que 10 millions d’habitants (moins que la région Ile-de-France), pour autant, de nombreux Portugais ont marqué le monde de leur empreinte, de Vasco de Gama en passant par Magellan et en finissant bien sûr par Cristiano Ronaldo. Car oui, le foot fait partie de la culture Portugais et nous Français le savons depuis un certain 10 juillet 2016. Merci Eder. Réduire la culture portugaise aux célèbres navigateurs et au foot serait une erreur monumentale, j’ai l’habitude d’en faire, mais je ne ferais pas celle-ci. La culture portugaise rayonne à travers le monde via la musique avec le Fado, les arts plastiques comme en témoigne le quartier LX factory, etc. Enfin bref, si t’es fermé aux autres cultures, oublie Lisbonne.

N’y va pas à cause de la gastronomie

Attention, sujet sensible, en tant que non-mangeur-de-viande-rose, j’avais quelques à priori sur ma kiffance gastronomique au pays du cochon de lait. J’avais pour habitude de voir mes potes portugais croquer des oreilles de cochon comme des Lays goût truffes. Pour autant, la gastronomie portugaise est super riche et variée, avec notamment beaucoup de plats à base de poisson (pour un pays du littoral c’est un minimum les amis). C’est ainsi que je me suis enfilé, dans un resto qui ne payait pas de mine, un riz aux haricots (recette portugesh), accompagné d’une dorade frit. Une orgie gustative. Le pompon sur la Garonne, ou sur le Tage, est arrivé en même temps que l’addition. Après m’être flingué le bide avec des accras de morue, les deux plats dont je viens de vous parler et des Pasteis de Nata, j’ai payé 12 balles. En somme, la gastronomie accessible à tous. Ca risque de ne pas plaire à tout le monde, alors n’aller pas à Lisbonne.

Je pense que je t’ai convaincu de ne jamais aller à Lisbonne. Pour toutes ces raisons légitimes, tu te dois de ne pas prendre de billets hyper pas cher, tu te dois de ne pas aller visiter Lisbonne, tu te dois de rester terrer chez toi, volet baisser et porte fermée à double tour. Tu me remerciera plus tard pour ces fabuleux conseils. Et pour les autres, les bonnes adresses et les bons plans, ça se passe là !

Comme je sais que vous ne croyez que ce que vous voyez, regardez ça :

Peace & Caralhao

Stay tuned baby !

1 Commentaire

  • Vieira, séverine 20 janvier 2019 à 22 h 02 min

    J’adore 💕 merci pour ce bel article sur mon beau pays… Rien qu’en te lisant je m’y suis vue. Merci

    Répondre

Laisser un Commentaire