J’étais à l’Ancilevienne, 46km de course autour du lac d’Annecy

C’est la rentrée, avec son lot d’aléas. Les cours pour certains, la reprise tu taf et les dossiers chauds pour d’autres. Pour contrer tout ce marasme, j’ai décidé de m’exiler à 450km de notre belle région alsacienne le temps d’un week-end, pour cracher mes poumons dans le lac d’Annecy. Alors enfile tes baskets Kalenji les plus flinguées, ta gourde poussiéreuse et ton vieux vélo Jumpertrek, je t’embarque pour le Run & Bike de l’Ancilevienne.

La genèse

J’aime le sport, mais surtout les sports où il y a une balle ou un ballon. Courir dans le vide m’a souvent rebuté. Pourtant, avec des potes qui kiffent courir, la course est venue à moi. Pour tout t’expliquer, mon pote Chris, participe presque chaque année au Run & Bike d’Annecy avec son père. Manque de bol son père ne peut y participer cette année, du coup je “profite” de ce forfait pour être sélectionné dans sa team. J’ai d’abord flippé, moi qui n’ai jamais couru plus de 15km, fallait que je me prépare à me taper 46km, en alternance course/vélo. Après m’y être préparé mentalement, j’étais prêt à en découdre.

Le bivouac au lac d’Annecy

Le jour J est arrivé. Départ samedi à 7h30, pour courir le lendemain à 9h. Après 4h30 de route, on rejoint une team de sportifs (les potes du père de Chris) dans un camping mignon tout plein. Le samedi c’est détente. Visite du lac, discussion sportive autour de la table de camping et mise en place des stratégies pour avaler les 46 bornes du dimanche.

Après avoir enregistré les conseils avisés du padre, on va se coucher sans faire de folies à 23h, le réveil programmé à 6h30 allait piquer sa race.

Jour de course

On rejoint les 1200 binômes sur le lieu de la course. Équipés de notre beau Jumpertrek, on peaufine les derniers réglages. Gourdes, GoPro et gel de vitamine pour nous aider à tenir le coup.

A 9h30 c’est le grand départ, je commence par les 6ers km à vélo, Chris me rejoins 30 minutes plus tard en ayant couru les mêmes 6km. La vraie course commence, avec tous les participants sur des chemins escarpés autour du lac. L’ambiance est bon enfant, les gens sont encore frais et ça se voit.

On est frais aussi, on profite des paysages (comme vous pouvez le voir dans le vlog), on déconne, on se moque, normal quoi. Avec un vélo pour deux (comme pour tous les participants) on décide de commencer sur un rythme d’alternance de 3min de course, 3min de vélo. Au début on est plutôt dans le dernier tiers de coureurs. Mais ça c’était avant que les bêtes se réveillent.

A partir du 25e km, Mehdi Balafre et Hicham El Guerrousse

A la mi-course et comme nous l’avait conseillé notre Coach Michel, on s’active pour remonter le plus haut possible dans le classement. On passe à un rythme de 2min de course, 2min de vélo, puis 1min/1min avec un rythme de 4’30 le kilomètre.

La folle remontée est en cours, on gratte les gens par paire de 4 comme des packs canettes. De quoi choquer et dégoûter certains participants (de leurs propres aveux). Dans les 10 derniers kilomètres on se met à tartiner sévère, avec un rythme de 4′ le kilomètre, et ça avec 36km dans les jambes. On est des bêtes et on va le prouver.

Quand on arrive aux deux derniers kilomètres, fini la GoPro et les discussion sur le paysage. On accélère, portés par le fait qu’on double les gens à tour de bras. Chris qui connaissant la courses, avait peur du final. Sachant que les 550 derniers mètres, il y a une montée de barbare, juste avant la ligne d’arriver, bande de sadiques.

C’est dans cette montée qu’on croise le seul binôme de notre groupe du camping qui était devant nous. Malheureusement pour eux, on était en mode super Sayan sur cette montée. Presque en sprint à 100%, j’avale la montée, Chris suit derrière en vélo. Incroyable finish puisqu’on double le binôme en question et pleins d’autres participants dans cette montée.

Résultats de(s) courses

On franchit finalement la ligne d’arriver, très essoufflés mais pas carbonisés. On constate qu’on a fait la course en 3h56, plutôt pas mal sur 46km pour des mecs peu entraînés et pas habitué à ce genre d’effort. Pompon sur la Garonne, la fameuse dernière montée est chronométrée seule, avec un classement qui lui est propre. Résultats des deux touristes strasbourgeois : top 100 sur ces derniers 550 mètres avec un temps de 2’59 et un dénivelé de b*tard.

Fiers comme des coqs, on rejoins le camping pour se baigner dans le lac. L’effet cryothérapie de l’eau fait zizir. Ce qui a moins fait plaisir, c’est les 5h de route du soir, les jambes fracassées, pour rentrer à la maison. Mais le jeu en vaut la chandelle tonton ! Quelle aventure de ouf ! Et devinez quoi ? Moi qui n’était pas fan de course, je ne louperais l’édition 2019 pour rien au monde !

Après les mots, place à la vidéo ! Je vous laisse kiffer le vlog de cet événement. N’oubliez pas de vous abonnez à la chaîne et à liker la vidéo, Dieu vous le rendra :

 

Peace & Transpi

Ne ratez rien, suivez-nous !

Président du Fan Club des 2be3

Aucun commentaires

Laisser un Commentaire